J’pas romantique

Si tu lis ça pis que t’as un crush sur moi, qu’on se date, ou ben que t’es sur le point de m’avouer tout ton amour, je m’excuse d’avance. Je m’excuse parce que j’suis vraiment plate. Pas plate comme dans pas intéressante, mais plate comme dans zééééééééééééro romantique. Je m’en sors bien, j’ai une belle vie quand même. Mais disons que ça rend la vie pas toujours facile à ceux qui essaient de gagner mon cœur, parce que ce n’est pas tout le temps évident de savoir si j’suis intéressée ou non, étant donné que le romantisme… Yo no sé quessé çô cawliss?

J’sais pas si c’est parce que j’ai été élevé avec 3 frères, pis que je rote à ‘table quand ma mère ne regarde pas, mais j’ai vraiment l’impression que le romantisme, ce n’est pas tant quelque chose que j’ai développé dans mes 21 années de vie. C’pas que je n’ai pas essayé non plus. Parce que je sais qu’être romantique en couple c’t’un peu comme une « norme », j’ai voulu l’être moi aussi. Mais y’a rien à faire. C’pas naturel. Pis quand tu forces trop, c’est juste d’la marde, t’sais.

C’est plate, parce que mon manque de romantisme est souvent associé à un manque d’intérêt. J’ai beau pas être toujours ben claire dans mes gestes et mes intentions, mais quand j’te dis : « Oui, tu m’intéresses. » et « Non, y’a personne d’autre en ce moment! » ça veut dire OUI tu m’intéresses et NON y’a personne d’autre. Aussi simple que ça. Mais parce qu’on aime dont ça chercher des problèmes où il n’y en a pas, on va se mettre à douter de moi, parce que j’suis trop simple pour être réelle. Les gens ne sont tellement pas habitués de dater quelqu’un d’aussi clair et honnête, qu’on se met à remettre en question tout l’intérêt que je peux avoir pour quelqu’un. En bref, pour me faire comprendre en dating j’peux juste pu être moi-même, c’est ça?

Ce qui m’amène à penser que la vision du romantisme, c’est carrément relatif à chacun. Oui, la rose rouge pis réciter des poèmes en bas d’un balcon sous la lumière de lune c’est peut-être un modèle de romantisme universel, mais mon romantisme à moi est à des kilomètres de « Roméo et Juliette. »

Quand j’te regarde du coin l’œil avec un petit sourire, c’est ça mon romantisme. Quand j’te dis que tu me gosses parce que t’abuses de la « quétainitude », crois-moi, crois-moi pas, mais c’est du romantisme aussi. Quand tu me regardes avec tes faces laites pis que j’te demande « Quessé tu veux? », j’essaie d’être romantique, encore une fois. Quand tu passes un commentaire un peu cheesy sur moi et que je ris, un peu gênée sans rien dire. J’t’ignore pas, j’essaie juste de dealer avec la vague de cuteness que tu m’envoies à toutes les 30 secondes. Mon romantisme est moins visible dans des moments comme ceux-là, mais il est quand même présent. Je cherche dans ma tête une phrase tout aussi cute que je pourrais te lancer, mais je n’y arrive jamais. Du coup, j’te fais un petit sourire gênée (lire : « OSTI QU’T’ES CUTE SACRAMENT » dans mon front). Pis ça aussi, c’est ma manière d’être romantique.

J’ai le « je t’aime » facile, mais un « je t’aime » qui sonne un peu plus comme : « J’veux qu’on soit quelque chose toi pis moi, Bé. » y sort pas ben, ben souvent. À l’écrit, yé un peu plus libre, mais du bout de mes lèvres, y’a comme un truc qui l’empêche de sortir.

J’dis ça comme ça, mais ce texte-là, c’est un peu une pas pire marque de romantisme aussi. C’est mon romantisme incompréhensible.

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s